www.aboutflorence.com - Guide touristique de Florence, Italie - HOME | CONTACT | SITEMAP 

HÔTELS À FLORENCE

icona albergo
Arrivée
Départ
Meilleur tarif garanti
Réserver, Payez à l'hôtel!

OLTRARNO (itinéraire n°2) à Florence


DOWNLOAD Oltrarno.pdf (1797 kb)
Oltrarno itinéraire 1 | Oltrarno itinéraire 3
Retour aux itinéraires à Florence


Quartier de Santo Spirito: de Porta Romana à Ponte Santa Trinita - Ancien Gonfalon della Ferza

L’itinéraire que nous vous proposons s'étire de Porta Romana à piazza Frescobaldi au coeur des antiques quartiers des Gonfalons de l’Oltrarno. Le Gonfalon Ferza comprenait une large zone délimitée par les murs de Porta Romana au Forte Belvedere, la Costa San Giorgio, via Guicciardini, Sdrucciolo (descente) de’ Pitti, Piazza Santo Spirito, via delle Caldaie, via della Chiesa et de via dei Serragli jusqu'à la Piazza della Calza.
L’ancienne Porta Romana était également appelée Ponte di San Pier Gattolino, du nom d’une église du XIVème siècle démolie en 1545. La porte et les remparts adjacents sont vraiment impressionnants. Ponctués de tours, ils continuent en direction du Forte Belvedere, séparant ainsi les jardins de Boboli de la campagne environnante où Poggi traça le Viale dei Colli au cours du XIXème siècle. Les anciennes écuries des souverains italiens abritent aujourd’hui l’Istituto d’Arte di Porta Romana qui accueille la Gipsoteca, une des plus importantes collections de sculptures de plâtre d’Italie. A l’extérieur de la Porte, a été placée la curieuse sculpture de Michelangelo Pistoletto intitulée "Dietro-front". A l’intérieur des murs, sur la piazza della Calza, on remarque la bifurcation des deux artères en direction du centre : via dei Serragli et via Romana. Sur la façade de la demeure faisant face à la Porta Romana, une fresque de Giovanni da San Giovanni datant du XVIIème siècle accueillait les visiteurs, remplacée ensuite par une fresque moderne de Mario Romoli.

Du côté de la via dei Serragli voici la petite église de San Giusto della Calza et son couvent, que l'on appela un certain temps, le "convento degli Ingesuati", avec son cénacle peint à fresque en 1514 par Franciabigio.
On débouche sur la Via Romana, qui garde une certaine vitalité grâce aux boutiques et aux échopes artisanales que l'on y trouve. On rejoint enfin un église: la chiesa di Serumido, qui se trouve à l'emplacement de San Pier Gattolino, dont elle a pris le nom en souvenir d'un généreux artisan qui participa à sa reconstruction à la fin du XVIème siècle. Juste à côté, on peut voir la lumineuse petite loggia néoclassique du jardin à l'anglaise appelé Giardino Corsi puis Scarselli. Plus loin, toujours sur la gauche, on trouve la "Casa di Annalena" (maison de la veuve de Baldaccio, le condottiere vainqueur de la fameuse bataille de Anghiari) avec les locaux de l'ancien couvent transformés en appartements. Ce secteur de Florence se caractérise aussi par une importante production artisanale de plantes d'ornement. Enfin, on rejoint la pittoresque via Santa Maria. Au début du XIXème siècle, on y érigea dans un style néoclassique le Teatro Goldoni. Après avoir été longement restauré, ce théatre est à nouveau ouvert au public.
Ensuite, la via delle Caldaie mène le visiteur sur la piazza Santo Spirito en traversant la via del Campuccio et la via della Chiesa. Cette longue artère transversale du quartier de l’Oltrarno foisonne d'arteliers et de diverses activités artisanales.
L’angle de la via delle Caldaie et de la piazza Santo Spirito est appelée "Canto dei Dati" c'est-à-dire "le coin des Dati" du nom de la famille qui se distingua par son commerce florissant et ses oeuvres religieuses.

Porta Romana
Porta Romana

 

Firenze: cartina dell'OltrarnoA l’angle opposé, entre piazza Santo Spirito et via Mazzetta, s'impose un bâtiment aristocratique aux volumes équilibrés. Il s'agit du palazzo Guadagni aux façades sobres et à la loggia élevée, conçu par Cronaca pour la famille Dei au début du XVIème siècle. Le visiteur empruntera une partie de cette rue en direction de l'église San Felice puis tournera à gauche dans le Borgo Tegolaio, dont le nom indique que cet endroit abritait les fours dédiés au "cotto" florentin, alors qu'aujourd'hui on y trouve principalement des artisans travaillant le bois.
Dans la Florence du XVème siècle, nombre de boutiques étaient consacrées à la production et à la décoration de coffres de mariage, si bien que beaucoup d’artistes et d’architectes étaient aussi chantourneurs. Aujourd’hui encore, dans le Borgo Tegolaio et ses environs, les artisans passent de la restauration de meubles anciens à la création artisanale de meubles de style fort appréciés. En continuant dans la via del Presto di San Martino, on peut admirer le côté droit de la basilique de Santo Spirito et sur le trottoir opposé, on peut rencontrer les artisans parmi les plus habiles dans la restauration de meubles et la technique du repoussé sur cuivre. Sur la place arborée de Santo Spirito, où « la fière Florence oublie toute sa fierté », s’élève l’immense bâtiment de l’église agostinienne de Santo Spirito, dont l’origine remonte à la moitié du XIIIème siècle. Elle fût agrandie au cours du siècle suivant puis reconstruite d’après les plans de Brunelleschi, au cours de la seconde moitié du quinzième siècle. Nombre d’artistes se sont essayés à imaginer la sobre façade crépie aux contours galbés telle qu’elle pouvait être au XVIIIème siècle et leurs créations décorent les petites salles d’un café de la place.

L’interieur majestueux de l'église s'ouvre sur une colonnade continue en pierre de Florence entourant la base de l'autel principal, le long des nefs, des bras du transept et de l'abside. Brunelleschi la dessina aux alentours de 1444, mais elle ne fût réalisée et conduite à son terme que par ses successeurs, qui ne suivirent pas toujours ses plans extrêmement novateurs. L'espace du périmètre est rythmé par les 38 chapelles semi-circulaires qui abritent une véritable pinacothèque avec retables et sculptures, datant majoritairement du XVème et du XVIème siècle. Sous la coupole dessinée par Brunelleschi et réalisée par Salvi d’Andrea se trouve l'enceinte de marbre de l'autel principal, oeuvre baroque de Giovanni Caccini, belle en soi mais dissonante avec l'architecture du XVème siècle. Le vestibule présente un intérêt notable avec ses voûtes en berceau et sa sacristie déssinés par Giuliano da Sangallo.
En sortant sur la place, le campanile de Baccio d’Agnolo s'impose, détaché de la façade de l'église, haute et robuste sentinelle de l’Oltrarno. Le refectoire du XIVème siècle, au plafond cloisonné, où l'on peut voir un fragment de "la Cène" d'Andrea Orcagna, abrite le Museo della Fondazione Romano.
Sur la place, se trouvent de nombreux restaurants et boutiques d'artisanat renommées spécialement pour leur savoir-faire dans le formage de chapeaux.
De la via Sant’Agostino on se dirige vers la via dei Serragli puis en parcourrant la via Maffia on rejoint la via Santo Spirito. A l'angle de la via dei Serragli fût construit au XVIIème siècle, le monumental Palazzo Pecori - Rinuccini, à l'intérieur duquel se trouvent les oeuvres de Ticciati et de Zocchi, un delicieux "boudoir" du XVIIème siècle et un très gracieux petit théatre du début du XIXème siècle.

Ponte Santa Trinita
Ponte Santa Trinita

Dans l'un des palais situé de l'autre côté de la rue, nacquit Francesco Ferrucci, le héros de la dernière République Florentine, mort "en brave" à Gavinana.
Cette rue était celle que préféraient les diplomates, les artistes et les intellectuels russes, allemands et surtout anglais. A côté des palais appartenant à Machiavel, à Vettori, à Manetti, à Pitti-Bocciolini, on trouve le palais Frescobaldi, qui se vante d'avoir son "coretto" c'est-à-dire son balcon privé donnant sur l'intérieur de l'église Santo Spirito. Le long de la rue s'étalent les vitrines de toutes sortes de commerces et principalement d'antiquaires. Le visiteur peu pressé appréciera les boutiques des artisans qui fabriquent des étuis et des boîtes en cuir, les petits orfèvres et des décorateurs sur bois. A ne pas manquer non plus, le spectacle de du jardin enchanteur qui s'ouvre dans toute sa luminosité, derrière les palais Frescobaldi et Manetti, à côté de l'abside et du campanile de Santo Spirito.
Au terme du parcours, sur la piazza Frescobaldi, on retrouve les habituelles images des Médicis sur la façade décorative du XVIIème siècle du Palazzo della Missione, qui abrite le siège du Ministère de la Marine depuis le XIXème siècle.
Au bout du pont qui avait été construit en 1557 par Ammannati, les statues de l’"Autunno" réalisées par Caccini et de l’"Inverno" de Landini sont encore les pièces originales. Le pont de Michelangiolo considéré par Lapini en 1570 "beau, gracieux et expressif", détruit en 1944 et reconstruit à l'identique en 1958, montre son harmonieuse silhouette.

DOWNLOAD Oltrarno.pdf (1797 kb)
Oltrarno itinéraire 1 | Oltrarno itinéraire 3
Retour aux itinéraires à Florence

This Page Is Valid HTML 4.01 Transitional! This document validates as CSS!
© Copyright: À propos de Florence
Webdesign and SEO by Web Marketing Team - P.I 05622420486